Un forum de discussion entre passionnés du moyen-âge
 
PortailAccueilGalerieS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 "la bataille du Val Perdu"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe de Sombreval
Admin
avatar

Nombre de messages : 2835
Age : 36
Localisation : Dans un monde tout à fait irréel...
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: "la bataille du Val Perdu"   Lun 11 Jan - 19:36

La bataille du val perdu


Le vent... j'entends le vent dans les feuilles... Il glisse sur les arbres qui entourent le val... le vent... Il court sur l'herbe, en remontant vers nous... le vent... Il gonfle les bannières et claque dans les drapeaux...
Des bruits de métal, des voix me tirent de ma rêverie, j'ouvre les yeux. Au loin, de l'autre du coté du val, se déplace une armée. les armes brillent au soleil, les cottes aux couleurs vives et saturées dansent au vent telles des flammes d'arc en ciel. je n'ai pas assez de doigts pour compter les bannières et étendards qu'ils arborent fièrement. Leur marche est conquérante, ils ne viennent donc pas en ami. Je regarde cet amoncellement de métal et de tissus qui fait route vers nous.
Bientôt ils seront à l'autre bord du val. Bientôt, nous devrons combattre. Je les observe attentivement; ils sont fiers... ils n'ont pas l'air d'avoir peur. Tous, du chevalier au piquier de base semblent animés de ce désir de conquête, cette volonté d'avancer. Je regarde mes compagnons d'arme. Ils sont aussi tendus que moi, eux aussi redoutent cet affrontement, eux aussi savent que certains n'en reviendront pas. Eux aussi savent que chacun d'entre nous peut mourir avant ce soir. Je respire à grands coup, tentant de chasser la peur qui me noue les entrailles. Nos ennemis sont là, ils attendent, prêt à en découdre. Je baisse la visière de mon heaume tandis que nos archers se mettent en place... De l'autre coté du val, l'ennemi place aussi les siens. De part et d'autre les archers encochent, de part et d'autres ils arment... De part et d'autres, ils bercent. Deux nuées de flèches montent pour mieux se croiser et finissent par s'abattre sur les camps qui leurs font face. Les boucliers sont levés les projectiles se fichent partout.
Cet instant semble durer une éternité...Des boucliers criblés de flèches, quelques hommes blessés, d'autres tués... les archers recommencent... De nouveau une pluie de flèche s'abat sur nous, de nouveau des blessés, des morts. Cette fois-ci les chefs n'y tiennent plus et ordonnent l'assaut dans un camp comme dans l'autre... Nous allons bientôt nous battre...

Une partie des chevaliers abaissent leurs lances, d'autres choisissent une arme qui leur sied mieux. Moi je serre fermement le manche de ma hache d'arme. La peur ne me quitte pas. De l'autre coté de la petite vallée, nos ennemis adoptent la m^me tactique... La mêlée est inévitable. De chaque coté, les hommes sont tendus, à l'affût de la faiblesse de l'adversaire... le temps semble s'être figé. le vent continue de souffler entre les deux masse compactes semblant les séparer par son seul souffle.
Un cri de guerre, les deux armées se mettent en bransle, chacun descend vers le val d'abord en marchant, puis en accélérant graduellement... Les chevaliers éperonnent leurs montures, les piétons courent. Deux murs de métal hérissés de lances se rapprochent l'un de l'autre à grande vitesse, puis finissent par se rencontrer en une violente accolade. débris de lances, de boucliers, corps qui chutent, sang qui coule. La bataille vient de commencer, les premiers piétons se rencontrent et s'affrontent. Avec des compagnons d'armes nous galopons vers le coeur de la mêlée frappant ça et là tout ce qui passe à notre portée à coup de hache ou de masse d'armes. Nous y pénétrons avec violence tous pris par la rage du combat, ma peur est restée sur les hauteurs semblant m'attendre. Tout autour de moi n'est que violence, cottes d'arme déchirées, lances brisées, hauberts percés. une vision d'horreur au rythme des armes qui s'entrechoquent et des cris de douleurs. Soudain je sens qu'on tire sur ma cotte, des gueux veulent me faire vider les étriers. Je résiste, je frappe, je me débats tout en insultant vertement ces démons qui veulent me mettre à terre. Puis je perds l'équilibre, je vois le sol se rapprocher et je finis par m'écraser sur l'herbe rougie par le sang. je suis un peu sonné, je tente de me relever mais ne peut que me retourner. Juste à temps pour voir un manant qui tente de frapper avec sa cognée. je brandis mon bouclier sa hache s'abat. J'entends le bois craquer, mais il tient bon.
Je me relève prestement, il tente à nouveau de frapper, j'esquive, ma hache d'armes rencontre violemment son crâne et y reste coincée. je tente de la dégager en vain... Je l'abandonne et tire mon épée pour repartir au combat cette fois-ci sur mes deux pieds...

J'entre dans le ballet endiablés des armes et des boucliers qui s'entrechoquent rythmés par les grognement d'effort, le chant des lames et le bruits des corps qui tombent. Je me protège avec mon écu et je fauche de ma lame tout ce qui se présente à moi. Le bois de mon bouclier craque sous les coups de mes adversaires. Je ne mesure plus le temps que cela dure, tout autour de moi est rouge... Je suis pris dans une danse endiablées où se mêlent les armes et les hommes.

"A la bataille du Val Perdu..."

Tout à coup devant moi se dresse un colosse armé d'une hache... Avant que je ne puisse esquisser le moindre geste, il me décoche un coup en plein dans la visière de mon heaume. je sens le métal s'enfoncer dans ma joue. Le choc est tel que je tournoie dans les airs avant de retomber lourdement au sol. Je sens un liquide chaud s'écouler le long de ma joue endolorie, un goût acre presque métallique me vient à la bouche... Je crache dans ma visière pour respirer à plein poumon... je me retourne vivement et lève mon bouclier au ciel pour parer la hache qui s'abat sur moi. Celle-ci reste coincé dans le bois...

"... Protégé par votre écu... "

Le colosse essaie de dégager sa hache, mais n'y arrive pas... D'un geste rageur, il la fait tourner dans le bois, pulvérisant mon écur de ce simple mouvement... je roule sur le coté et me relève prestement... Il relève sa hache, je le charge... la lame de mon épée tranche profondément son flanc, libérant son essence vitale aux quatre vents...

"... Vous vous estes bien battu."


le colosse s'effondre et je vois nos adversaires courir au loin, nous tournant le dos...

"Les félons ont fui
Cette farcerie,"


Je les poursuis, je les insulte, je hurle pour qu'ils reviennent se battre... Ils fuient et moi je veux encore me battre...

"Et loin d'être occi
Vous arrivez en palenie."


Ils sont loin devant... Je m'arrête... Je suis encore haletant avec la rage de vaincre... Devant la fuite de nos ennemis, je hurle comme le loup sous la lune pour signaler notre victoire...

"Vous criez au loup
Pour que l'on vienne à vous,"


Je délace mon heaume et le retire... Le casque de métal tombe au sol tandis que je rabats ma capuche de maille sur mes épaules...
je m'essuie la bouche du revers de la main. le sang se dépose sur mon gant de maille...

"car du sang vous avez le goût
Sur vos lèvres et sur vos joues"


Ma rage est partie et l'épuisement se fait sentir... je me refuse à m'écrouler.. Pas maintenant, pas en ce moment de bonheur et de soulagement...

"Le Grand Sombreval
Jamais ne tombe.
Son coeur est grave
Mais son âme n'a point d'ombre."


Lentement, je repas vers la colline. A chaque pas se présente à moi des armes brisées, des corps sans vie, des blessés tremblant et gémissant de douleur... Cette vue pitoyable m'attriste...

"S'il parcourt la plaine
Pour livrer bataille,
C'est pour cacher la peine
Qu'abrite ses entrailles."


Tout en rejoignant mon camp, la douleur me revient... Point celle de mes blessures de guerre... Mais la douleur de son absence... Elle qui me manque et qui est au loin, sur la terre des vertes légendes...

"Sa solitude est un mystère
Car son coeur est grand ouvert
Sa beauté est celle du trouvère
Et belles sont ses manières."


En silence et au fil de mes pas, mes pensées vont et viennent à toute allure... Marchant lentement, je remonte seul la pente de la colline... Non point seul de ne pas être entouré de mes compagnons d'armes exprimant la joie de cette victoire... Non seul, car elle n'est pas là, en ce moment à mes côtés... Je me mets à penser à elle, à me souvenir de nos moments passés à deux... De sa tendresse, de sa générosité, de sa détermination aussi... Comme il me tarde de prendre ma promise entre mes bras...

"Sire Sombreval
Au grand coeur
Tel Perceval
Vous trouverez votre âme soeur."


Arrivé au sommet de la colline, je vois les autres... Ils ont ramené des prisonniers... Certains les asticotent, les insultent, leur crachent dessus.... Les vaincus sont humiliés... Désolant spectacle qui ne nous fait pas honneur... Je lance mon heaume, ramassé auparavant par un des écuyers, vers les moqueurs pour les faire cesser... Ils s'indignent, se fâchent... je n'en ai cure... J'élève la voix et je menace... Ils reculent tout en me regardant d'un air mauvais... les prisonniers me fixent d'un air inquiet... Je sors mon épée de son fourreau... Ils ferment tous les yeux redoutant le pire... je tranche un à un leurs liens... je les exhorte à partir et leur conseille vivement de ne plus revenir pour nous faire la guerre... Ils se perdent en remerciements, puis courent dans la vallée de peur de se faire re-capturer par d'autres...

"Souvenez-vous de lui
En grand guerrier
Et pour sa vie
Priez."


Contrairement à mes craintes, j'ai survécu... Encore une bataille de passée... Gagnant au perdant, c'est du pareil au même... Je ne suis qu'un mort en sursis... Ce soir nous ferons la fête, nous boirons... Nous danserons... Nous nous amuserons...
Mais demain, nous devrons reprendre les armes... Demain, je devrai à nouveau me battre, à nouveau avoir peur...
Demain... Dieu seul sait ce qu'il adviendra de moi...

FIN

_________________

Dark Vador du med...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://203977.aceboard.fr
 
"la bataille du Val Perdu"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WIP] Diorama: "Bataille sur la rivière"
» [Terminé] "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu."
» Stats pour "Thorin Ecu-de-Chêne"
» Guide des Nouveaux (ou "que faire si vous êtes perdu")
» "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu" [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le château :: la grande cour: :: Le jardins des songe, de la musique et du conteur: :: L'estrade du conteur-
Sauter vers: